L'édito de la semaine

Droit au blasphème ?

Une caricature, même de mauvais goût, une critique même gravement injuste, ne peuvent être mises sur le même plan qu’un meurtre » Message du Cardinal André Vingt-Trois aux catholiques de Paris du 10 Janvier 2015

Dans un grand sursaut national, le lendemain des milliers de français ont manifesté leur attachement à la France et à ses valeurs. Ils ont manifesté dans le calme, le recueillement et dans l’unité. Vu la diffusion, avant l’attentat, du journal Charlie hebdo, la plupart n’ont pas voulu manifester les idées portées par les victimes mais pour les victimes quelles qu’elles soient. Ils ont manifesté pour la liberté de vivre en paix dans notre pays. Aujourd’hui, certains veulent déplacer le problème vers la liberté de la presse et le droit au blasphème.

C’est bien dommage, car ils vont briser cette unité nationale qui nous rassemblait tous dimanche 11 Janvier face à « la violence et à la barbarie inouïes » qui venaient de s’inviter chez nous. J’applaudis le commerçant qui, rue des Archives a mis dans sa vitrine un teeshirt « je suis Charlie, je suis juif, je suis flic ». On ne choisit pas les victimes auxquelles on rend hommage. J’ai encore plus apprécié la pancarte portée par un manifestant « Je suis Charlie, je suis juif, je suis musulman, je suis chrétien, je suis athée, je suis français ». Elle dit bien, à mon avis, la pensée de la plupart des manifestants et je pense qu’elle devrait être celle de tous les français.

Comme le dit un tag à deux pas de l’église, rue Dupetit-Thouars, « l’humour (et s’agit-il vraiment d’humour dans le cas de certaines caricatures comme celles de Charlie Hebdo ?) est un « coup de poing dans la gueule enveloppée de papier de soie ». En effet, l’attaque sous toutes ses formes de ce qu’il y a de plus sacré est un acte violent qui ne justifie qu’une réponse proportionnée mais jamais un meurtre, bien sûr, ou même une condamnation à mort. Et le sacré n’est pas que le domaine du religieux. On peut être blessé profondément si on attaque ce qui est pour nous le plus cher. Parmi les devoirs régaliens, il y a la protection des lieux de culte, des édifices publics...

Parmi ce qui est le plus sacré, si nous voulons construire l’unité nationale et donc la paix, il devrait y avoir ce qui représente l’Etat, la République. Je pense que les attaques contre les personnes, comme celles contre les deux derniers chefs d’Etat, les difficultés à faire respecter notre drapeau et notre hymne national sur les stades et ailleurs, le choix de prendre comme modèle pour réaliser l’effigie de Marianne sur les timbres, une femme qui s’est illustrée par ses actes violents et blasphémateurs, révèlent des errements quant à construire notre unité nationale.

L’anticléricalisme des années 1880-1914 avait coupé la France en deux. Elle s’était réconciliée dans les tranchées de la guerre 14-18. Depuis 1945, cette belle unité s’est petit à petit fissurée. L’heure est vraiment à la réconciliation pour construire sur notre continent européen une société qui reconnaît son histoire et qui tient compte des données du présent pour bâtir en paix son avenir. C’est, je pense, le signe fort, qu’ont voulu donner les chefs d’Etat présents le dimanche 11 Janvier au milieu de la foule. Si cette société continue, comme avant le 11 Janvier, à refuser de reconnaître certaines de ses composantes, elle ne parviendra pas à bâtir une unité qui est le seul rempart contre la violence, qui est le seul moyen de construire la paix.

Chrétiens, nous portons des valeurs de paix et même si, aujourd’hui, on semble vouloir nous oublier, et si on ne semble pas compter sur nous pour contribuer à construire la paix, nous avons le devoir de répondre à notre mission. Nous ne devons pas nous désintéresser de l’avenir de la société dans laquelle nous vivons ou pire la rejeter. Commençons par faire monter vers le Seigneur une prière instante pour notre pays et apportons notre pierre à l’édifice !

Abbé Xavier Snoëk, Curé

Prochains évènements

    • Samedi 24 janvier, Festival du Beau pour l'Unité
      • 10 h 30 : table ronde "Le beau, le bien, le vrai" avec Christophe d'Alessandro, Aude de Kerros et Christine Sourgins.
      • 12 h 30 : café de l'amitié et visite de l'exposition des œuvres de F.-X. de Boissoudy, de la Maison Chéret et de Christa de Coppet.
      • 13 h 45 : "Par la beauté" Témoignages d’Elisabeth de Balanga, François Xavier de Boissoudy, Antoinette Jean, Clémentine Stéfanoff, et Lambert Vadrot.
      • 15 h 30 : concert avec le Chœur du séminaire orthodoxe.
      • 17 h 30 : "Que rapport entre l'artiste et l'appel du Christ à l'unité" par le père Jean-Paul Durand, o.p. Témoignages du Père Jérôme Bascoul, vicaire épiscopal chargé de l’œcuménisme, Alexandre Siniakov et le Pasteur Alain Joly.
      • 18 h 30 : messe.
      • 20 h : spectacle de  danse par Lambert Vadrot dans la salle Sainte-Élisabeth, "Neuf sentiments du Christ".
    • Dimanche 25 janvier, clôture du Festival du Beau pour l'Unité, 11 h : messe solennisée et prière finale.
    • Samedi 31 janvier, 16 h : concert "Les Moments musicaux de Sainte-Élisabeth".
    • Samedi 31 janvier, 21 h : concert Haydn et Whitbourn.
    • Dimanche 1er février, dans le cadre de l'Année de la vie consacrée, 11 h : messe pour et avec les consacrés. Déjeuners avec eux à l'issue de la messe (inscription à l'accueil).
    • Samedi 7 février, 16 h : réunion bilan du marché de Noël
    • Mercredi 11 février, 19 h 30 : conférence du cycle "Les Pères de l'Église" avec le Pasteur A. Joly et le Curé X. Snoëk. Thème : Lettre de St Clément de Rome aux Corinthiens, à lire ici.
    • Samedi 14 février, 16 h : concert "Les moments musicaux de Sainte-Élisabeth"
    • Dimanche 15 février : Bicentenaire de la présence de l'Ordre de Malte à Sainte-Élisabeth-de-Hongrie
      • 11 h : messe d'action de grâces, avec les malades, célébrée par S.Exc. Mgr de Germiny
      • 15 h : concert de l'orchestre Envol.
    Pour les horaires habituels,
    consultez la page "Horaires".

    À la une

    • Du 16 au 18 et du 24 au 25 janvier : 3ème Festival du Beau pour l'Unité à Sainte-Élisabeth : 
      • Samedi 21 et dimanche 22 mars : retraite à St-Benoît-sur-Loire
        • Thème : "L'Eucharistie, source et sommet de la vie du baptisé"
        • Venez entourer les futurs baptisés de notre paroisse qui seront présents.
        • Aller et retour en car. Départ le 21 à 8 h et retour le 22 à 19 h.
        • Adulte : 80 €. Servants de messe, servantes de la liturgie et jeunes de l'aumônerie : 40 €.
        • Inscrivez-vous dès maintenant à l'accueil.
      • Situation des Chrétiens en Irak. Face aux dangers qui menacent actuellement  les Chrétiens en Irak et en Orient, vous trouverez ici diverses informations :
        • L'Ordre de Malte France vous propose un dossier documentaire complet sur la situation. Vous pouvez le consulter en cliquant ici.
        • Enfin, vous pouvez soutenir matériellement nos frères Chrétiens en Irak, en faisant un don spécifique à l'Ordre de Malte. Vous trouverez toutes les informations nécessaires en cliquant ici