L'édito de la semaine

Journée mondiale des pauvres - Fête de Sainte Élisabeth de Hongrie

Le Saint Père a promulgué le 33ème dimanche du temps ordinaire, journée mondiale des pauvres. Ici cela correspond à notre fête patronale. Mais quelle sainte pourrait mieux convenir à cette célébration ? En effet sainte Elisabeth a voulu, à la suite de saint François épouser Dame Pauvreté. Elle a secouru les pauvres toute sa vie, et elle est morte, pauvre parmi les pauvres, dans l’hôpital qu’elle avait fondé.

On raconte que, dès l’âge de quatre ans, quand elle quitte la Hongrie, sur le chemin de la Thuringe où elle va retrouver son futur époux, Elisabeth commence à distribuer des aumônes aux pauvres. Enfant puis adulte, elle continuera à distribuer ses immenses richesses qui lui viennent de sa mère, descendante de Charlemagne. Non seulement Elisabeth donne aux pauvres, mais elle vit un véritable engagement, un total don de soi, car en le faisant elle risque son avenir, sa belle-mère voyant d’un très mauvais œil cette belle-fille qui distribue ses biens aux pauvres et prie plus que la mesure. D’ailleurs, après la mort de son époux qui la soutenait dans ses aumônes et sa prière, Elisabeth sera chassée par sa belle-famille du château de la Warburg et vivra quelques temps en mendiante, avec ses enfants, dans les rues d’Eisenach. Par sa charité, doublée de sa prière, Elisabeth rejoint l’invitation du saint Père qui veut prolonger à travers la journée mondiale des pauvres, l’année de la Miséricorde. En effet, il s ‘agit bien de fonder sur la contemplation du cœur miséricordieux du Christ, la force d’aimer, la force de servir et d’aimer les pauvres. Et sainte Elisabeth, réputée pour sa prière diurne et nocturne, va se faire remarquer par son attention aux plus répugnants, aux moins attirants. Durant ses dernières années, elle est toujours suivie par un petit garçon qui souffre de la gale et qui était impressionnant. Plus jeune, elle a couché un lépreux dans son lit, provoquant la colère de sa belle-mère mais aussi un miracle signifiant. Son mari, appelé, voit le Christ en croix à la place du lépreux couché dans le lit. C’est bien à cela que nous sommes tous appelés : voir dans le pauvre, le Christ lui-même souffrant. Mais cela n’est possible que si notre charité est portée par la prière.

Et c’est bien cela le grand message de sainte Elisabeth : si nous voulons servir les pauvres comme le Seigneur nous le demande, si nous voulons faire œuvre de charité et non uniquement de solidarité ou de justice, il faut entrer dans une vie de prière fervente. Alors, et seulement alors, notre service des plus pauvres, des plus fragiles, deviendra charité car nous ne serons plus mus par la compassion et l’émotion, mais par la charité, notre cœur ayant été transformé par le Seigneur que nous aurons contemplé. Paroissiens et membres de l’Ordre, tous appelés à nous engager auprès des plus petits d’une manière ou d ‘une autre, il nous faut suivre sainte Elisabeth dans son action portée par sa prière. Il nous faut à sa suite nous donner. Il nous faut risquer comme elle notre vie. Il nous faut donner sans compter, de nos biens certes, mais aussi et surtout de notre temps, de nous-même. Il nous faut organiser notre vie, non autour de la nôtre, mais autour de celles et de ceux que nous voulons aider. Il nous faut prendre du temps avec eux. Il nous faut rester avec eux. Mère Teresa disait qu’elle ne peut parfois pas donner grand chose, qu’elle ne peut même pas parler car il y a la barrière de la langue mais qu’elle peut toujours offrir un sourire. Ce que, paroissiens et membres de l’Ordre, vous vivez aux petits déjeuners, sur le Fleuron Saint Jean, à la MAS Saint Jean, rejoint cela. Il s’agit de donner du temps, de vivre une matinée, une soirée, une après-midi avec des personnes fragilisées par la vie, par la maladie. Mais vous ne parviendrez à vivre une véritable attention aux autres, un vrai don de vous-même, une vraie charité, que si vous entrez dans une prière constante, renouvelée afin d’être transformés par le Christ lui-même. Et alors votre service sera d’une plus grande qualité car il sera amour.

Puisse sainte Élisabeth nous guider sur le chemin de la vraie charité !

Abbé Xavier Snoëk
Curé

Prochains évènements

  • Samedi 25 novembre, Sainte Catherine d'Alexandrie
    • 10 h 30 : catéchuménat
    • 12 h 30 : messe avec entrée en noviciat dans l'Ordre de Malte de F. Pourcelet
    • 15 h : réunion de préparation du marché de Noël
  • Samedi 25 novembre : concert en deux parties "J.-S. Bach, Intégrale des Suites pour Violoncelle seul" par Valérie Aimard, violoncelle.
    • 16 h : suites BWV 1007, 1008, 1010
    • 20 h 30 : suites BWV 1009, 1011, 1012
  • Mardi 28 novembre :
    • 15 h : réunion de l'équipe d'accueil
    • 20 h : réunion du groupe Samuel
  • Samedi 2 décembre : ouverture du Festival de Noël
    • 12 h : audition d'orgue par Christophe d'Alessandro
    • 12 h : messe avec orgue 
    • 20 h 30 : concert par l'ensemble Beata Musica, dir. Gilles Grimaldi
  • Samedi 2 décembre, de 14 h à 18 h 30 :  vous êtes invités au salon des écrivains catholiques,
    • Mme Dominique Sabourdin Perrin y dédicacera son dernier livre: Madame Elisabeth de France, l’offrande d’une vie, à l’occasion de sa parution au moment de l’approbation par la Conférence épiscopale de France de l’ouverture de sa cause de béatification
    • Où ? Mairie du VIe arrondissement, 78 rue Bonaparte - Paris VI
  • Dimanche 3 décembre, Premier dimanche de l'Avent, 11 h  : messe avec le Souvenir Français et des personnes handicapées amenées par l'Ordre de Malte. L'ensemble Beata Musica assurera une partie de la musique liturgique
  • Mardi 5 décembre, 19 h 30 : chapelle vivante. Prières autour du rosaire, pour nos forces de l'ordre, pompiers et secouristes, très sollicités par la lutte contre le terrorisme
  • Vendredi 8 décembre, fête de l'Immaculée Conception
    • 18 h 30 : vêpres
    • 19 h : messe, à laquelle participeront la paroisse Saint Germain l'Auxerrois et la mission catholique chinoise
    • 20 h : départ de la procession
    • 20 h 30 : à l'église ND-de-Bonne-Nouvelle, la procession sera rejointe par les paroissses Saint-Eugène-Sainte-Cécile, Saint-Roch et la Mission catholique roumaine de Paris
    • 21 h : chant de l'office des complies à Notre-Dame-des-Victoires
    • Qu'es-ce que l'Immaculée Conception de Marie? La réponse en cliquant ici !
  • Samedi 9 décembre, 16 h : concert du cycle "Hommage aux castrats" par Mathieu Salama (contre-ténor)
  • Samedi 9 décembre, 20 h 30 : concert découverte "Noël anciens, du Moyen-Âge à Louis XIV" par l'Ensemble Velut Umbra (Hilaire Vallier, Corinne Fructus, Philippe Nikolov, Gaëtan Jarry et Federico Yacubsohn). Plus d'informations sur la page Concerts
  • Jeudi 21 décembre, 20 h : concert-représentation "Mystère de Noël" Dir. Martine Surais Deschamps
Les horaires présentés dans cette colonne s'ajoutent aux horaires habituels. Pour connaître les horaires habituels,
consultez la page "Horaires".

À la une


  • Les photos de la messe de la fête paroissiale (19 novembre 2017) sont en ligne : cliquez ici.